31 janv. 2012

Dreaming of a white...

Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas là pour vous parler de white Christmas (je suis un peu déboussolée par le rythme du calendrier en ce moment, mais pas à ce point), ni même pour réaliser une danse de la neige (je sais que vous êtes nombreuses à détester cet élément autant que moi je l'attends), je voulais simplement partager avec vous cette robe de rêve. Dreaming of a white gown donc...

Mais que monsieur So Oh Cliché respire, il n'y a pas d'allusion cachée là-dessous, et ne retenez pas non plus votre souffle, ce billet n'est pas une annonce en grande pompe de mon mariage prochain ! Soyons claires : je ne vais pas me marier ! Mais alors pourquoi cette soudaine fascination ? Parce qu'une amie est dans la réalisation de ce beau projet, et qu'à force de baigner dedans de loin en loin, j'en ai eu marre de rêver dans mon coin.

Et puis surtout, ce cliché m'a inspiré un tel soupir d'admiration qu'il fallait que ça sorte ! Voilà, hop, ça va mieux maintenant. Saviez-vous que la petite bulle qu'est So Oh Cliché a d'ailleurs cet effet salvateur sur moi ? Mon blog est comme une commode magique où je range mes biens les plus précieux, aussi immatériels soient-ils en l'occurrence. C'est ma façon à moi de m'y retrouver, de faire le tri dans tout ce qui peut m'inspirer et parfois m'encombrer les méninges. Et puis parfois, je reviens chercher le cliché pour le dépoussiérer. Commence alors une recherche telle Mary Poppins dans son grand cabas jusqu'à ressortir le billet et le bon...

Je crois aussi, pour revenir à cette merveilleuse robe, qu'elle a le chic de n'être pas trop connotée mariage. Je trouve qu'en version courte on pourrait presque la porter avec un gros lainage et des boots fauve. En tout cas, jusqu'au détail de la ceinture elle me ravie tellement que je constate comme une espèce de persistence rétinienne à chaque fois que je la regarde. Je vous assure que je vais très bien hein, juste (heureusement, vous commencez à le comprendre) une simple photo peut m'inspirer bien des mots et des idées !

xoxo

Dreaming of a white... gown! How amazing is this dress featured on the Wedding inspiration blog 100 Layer Cake? However, no congratulations in order for the author, I'm not getting married! But having a dear friend in the midst of getting ready for her own, I can't help but glance at some inspiration here and there. To send it over to her (of course), but also for the mere pleasure of letting my inspiration run free.

Yes, if I were to get married that would be a dress that would have me swooning over it. And besides, in a short version, I think this particular one could be worn with a chunky knit and some suede boots. Yes, we'll put it this way. This sudden fascination for a wedding dress is just a Fashion crush, nothing else. Mr So Oh Cliché can rest assured there's no hidden meaning to this post.

Well, maybe one in fact, did you know that I've never been to a wedding in my grown up years? Is that weird? It seems everybody I know has had the occasion already. But in the end it serves one purpose, the only weddings I picture are in my dreams, and gosh, are they pretty! ^^

28 janv. 2012

Sempé. Un peu de Paris ... et d'ailleurs


J'ai grandi avec Sempé et il était donc évident que j'accepte d'accompagner ma Maman à l'exposition Sempé qui se tient en ce moment à la Mairie de Paris. Bonne nouvelle en passant pour ceux qui pensaient devoir se presser, l'exposition prévue jusqu'au 11 février a été prolongée jusqu'au 31 mars face à son succès.

Le personnel de la mairie nous a par ailleurs confié que l'exposition faisait salle comble (plus une queue magistrale à l'extérieure - sacrifiez votre look et prévoyez les Uggs), non seulement le week-end, mais aussi en semaine ! Ainsi, si vous avez la chance de pouvoir flâner en matinée et la semaine de préférence, optez pour mardi ou jeudi ce sont les jours les plus calmec. C'est ce qu'on nous a indiqué, alors je transmets !

Quoi qu'il en soit, malgré une attente glaçante et le piétinement obligé à la queue leu leu pour espérer apercevoir les œuvres de Sempé, ça valait bien évidemment le déplacement. Au début on affiche un air crispé et renfrogné, puis à force de voir l'artiste croquer précisément des personnages parfois aussi ridicules que nos mines sévères, on esquisse un sourire puis finalement un éclat de rire.

On se laisse transporter, non plus par la personne d'à côté qui vous pousse avec sa doudoune sur le bras, mais par la justesse du trait affuté de Sempé.

Exposition Sempé


If you happen to be in Paris this February or March, head to the Town Hall and enjoy the free Sempé exhibition (ends March 31st). And if you aren't travelling to the City of Lights, do try and find one of his books for an endearing rendition of the flaws of the humain being. He is among the few artists who make you a better person by making you laugh at your petty personality traits. One Sempé drawing a day keeps the doctor away!

26 janv. 2012

Fort de roquefort

Apéro facile
Après avoir servi cette recette de dip à plusieurs invités (oops, je suis démasquée) et qu'elle ait rencontré un franc succès, je me suis dit que je me devais de la partager. Il faut dire que c'est un met d'apéro tellement vite fait bien fait, et par la même aussitôt mangé... Rentrons-donc dans le vif du sujet, ou plutôt le crémeux car c'est une recette gourmande à souhait. Il s'agit en fait d'un savant mélange de mascarpone et roquefort ! Entre nous, je dis "savant" surtout pour me donner un genre, car en vérité, à part quelques coups de fourchette pour mélanger les deux ingrédients et une pincée de poivre pour relever le tout, c'est une recette en toute simplicité.

Finalement, l'étape la plus rébarbative c'est encore le lavagage / épluchage / découpage des carottes. Car oui, histoire de se donner bonne conscience, j'ai entrepris de servir ce délicieux alliage de fromages avec des crudités. Les gourmands se faisant ainsi tout de suite démasquer : ceux qui prennent le dip pour le tartiner sur du pain frais : de sages gens ! Bref, vous l'aurez compris on peut faire trempette avec ou sans culpabilité.

Côté recette, eh bien comptez environ 100 g de mascarpone pour 50 g de roquefort (à votre goût en fait et à varier en fonction des quantités désirées). Une fois le fromage découpé en petits morceaux, on mélange avec une fourchette pour homogénéiser. Enfin, deux trois tours de poivrier et le tour est joué. Pour terminer, on peut ajouter des noix pour la décoration (grande cuisine je vous avais dit !). Voilà, bon apéro !

A very quick recipe but a lot of yumminess to dip in! This dip has actually been such a success despite its simplicity that after serving it to several friends I figured I'd serve it to you as well! So here goes, blend together approximately 100 g of mascarpone (I suppose cream cheese could work) and 50 g of roquefort cheese (if you can find some where you live!). Once the two ingredients are properly mixed together (difficult right? I know!), simply add a pinch of pepper and you're finished.

Well, actually not quite yet. The real time consuming part is the carrots, which I decided to buy fresh and peel myself (I take green living seriously as you can see ^^). I must confess that peeling and cutting into pieces the 5 or 6 carrots or so wasn't the high point of my evening. But, that's the price to pay if you wanna ease your conscience and add a little bit of balance to your aperitive table!

Bon appétit !

22 janv. 2012

Bons baisers glacés



Un post sensiblement plus court que le dernier, motivé par la simple envie de partager avec vous cette sublime vidéo découverte la semaine passée. Une veille de lundi, je crois qu'une telle invitation à laisser son imagination vagabonder n'est rien que très approprié. A tout moment je m'attends à voir apparaître les étranges monstres de Where the wild things are, c'est en tout cas entre autres choses l'univers que m'a évoqué cette vidéo entre tendresse et aridité... Un paysage de carte postale qu'on signerait d'un "bons baisers glacés"...

Source : Booooooom



What is it about Iceland that fascinates us so much? I think this video sums it up, at least for me. Dreamy landscapes, mesmerizing in their beauty as much as their oddity. I kept picturing the "Where the wild things" creatures creeping up amidst the rocks and geysers, startling the cold bitten lovers...


I hope that this video will spark your imagination as much as mine. I discovered it last week and it has been on my mind ever since, haunting as it is. I think a Florence + The Machine score would have been fitting in that sense, don't you think?

17 janv. 2012

Home sweet home : le salon

"It's been a long time coming" comme dirait l'autre, mais j'ai enfin profité d'une éclaircie samedi dernier pour prendre quelques clichés de mon chez moi dont j'avais promis de vous parler dans un billet en ... juillet dernier ! Si le gros de la déco était déjà en place à cette date j'ai depuis peaufiné ici et là pour arriver à quelque chose que j'ose vous montrer. Le tour de la maison commence ainsi avec le salon (la luminosité a vite décliné et c'est en fait la seule pièce que j'ai pu mitrailler !).

Paris vs New YorkParis
LoupeEdgar Allan Po
AngelsLes petits chevaux

A défaut d'avoir trouvé suffisamment de quoi orner le mur au dessus de notre canapé, l'endroit le plus décoré du salon est notre étagère. Une étagère sans personnalité Ikea mais personnalisée justement en la remplissant de moultes petites choses qui ont un sens pour moi et monsieur So Oh Cliché. Il m'a fallu en effet trouver le juste compromis entre mes goûts un peu girly et les siens, forcément plus masculins. La réconciliation se joue sur des détails, comme les petits chevaux que vous pouvez apercevoir dans la photo en bas, celui de gauche lui a été offert par son papa il y a très longtemps, le petit blanc je l'ai déniché chez Habitat pour lui tenir compagnie. La paix des ménages ce n'est finalement pas si compliqué !

Ikea

Voici donc le bloc Ikea dont je vous parlais et dont j'ai extrait quelques détails déco plus haut. Ci-dessous deux autres petits focus. En attendant de monter plus en hauteur (l'idée est de rajouter deux blocs de carrés), j'ai habillé le sommet de l'étagère d'une affiche de la comédie musicale My Fair Lady, vue au Théâtre du Châtelet, de livres offerts par mon oncle, de vases de toutes les élections, de petits oiseaux bibelots qui se regardent en chiens (oiseaux) de faïence (trouvés chez Désordre Urbain) et d'une guirlande lumineuse (vestige d'une déco d'anniversaire qui est finalement restée). Enfin, à l'intérieur d'un des blocs une lampe pop, ça ne se voit pas mais le fond du carton, oui c'est du carton !, est du même bleu turquoise que le bol vintage (le jaune et le turquoise sont de vraies pièces vintages, données par ma grand-mère). Au fond, le petit empilement, ce sont des bols Ikea mais qui étaient étonnement dans le même esprit, que monsieur So Oh Cliché avaient dans sa vaisselle et qui ont tout logiquement atterri là (surtout parce qu'on n'a que très peu de place pour ranger dans la cuisine en fait). Tout ce petit monde repose sur un vieux jeu d'échecs qui a un très joli damier aux effets de transparence.

My Fair LadyVintage pop

A côté, vous pouvez apercevoir un meuble déniché en brocante dans notre quartier, il est monté sur roulettes et on l'a donc péniblement fait rouler jusque chez nous où il a trouvé sa place pour accueillir la platine de monsieur que j'ai très très vite adoptée en demandant à ma mère de bien vouloir me donner tous ses vieux vinyls, ceux qui ont bercé mon enfance. A côté trônent une petite tasse ramenée de chez Urban Outfitters à Londres (reconvertie en pot) et une mini radio mimi rapportée par une amie d'un voyage à Dublin.

Platine

Au-dessus du coin platine qui est un peu le condensé d'un domaine sur lequel monsieur So Oh Cliché et moi on se rejoint côté passion (lui c'est aussi son métier), la musique, j'ai voulu continuer dans une déco sur laquelle on se rejoindrait aussi. J'ai ainsi fait développer des photos du blog Paris vs New York (dont j'ai d'ailleurs le livre, vu plus haut) ainsi que des affiches de films stylisées et des costumes de super héros revisités, tout ça dans un esprit mixte : out les coloris girly.

Art #2Art

A l'autre extrémité de l'étagère, j'ai commencé à construire la déco qui, j'espère, se prolongera bientôt au dessus de notre canapé, un assemblage savant de cadres pêle-mêle. Toujours des photos trouvées sur Internet et que j'ai fait développer, l'une est un Norman Rockwell, une autre un duo de tableaux du peintre Hopper. Pour le reste, ce sont des trouvailles que j'avais stockées dans mon Tumblr.

CadresNorman Rockwell

Avant de vous inviter à vous poser sur le canapé, petit coup d'oeil à une table sauvée d'une fin certaine en lui trouvant une petite place à ses côtés : un vieux clavier, une guirlande, un bouquet de fleurs séchées, un lampion, un pouf acheté à Paris (mais made in Thaïlande pour de vrai), une caisse façon récup pour stocker les bouteilles, et des photophores rouillées d'avoir trop trainé sur feu le balcon de monsieur So Oh Cliché mais dont j'aime bien le look finalement.

Las VegasLavandePoufDrinks

Bon, et maintenant le coin où lézarder et / ou s'asseoir pour trinquer : le canapé ! On a pas mal cherché et puis finalement on a cédé à la tentation Ikea avec un modèle en angle (canapé 2 places + méridienne). Evidemment on a cédé pour cause de budget, mais aussi parce qu'on lui a trouvé une ligne design en même temps que rétro. En gros, le compromis pour qu'on soit conquis tous les deux. La deuxième photo vous donnera une bonne idée de la luminosité dans le salon quand il fait beau !

Sofa #2

Les coussins poilus qui rencontrent un grand succès auprès de nos invités (qui les prennent pour des peluches) ont été dénichés chez Habitat, le coussin "Brewing dreams" (avec la théière et les champignons qui m'évoque Alice au Pays des Merveilles - déjà vu ici) vient de chez Désordre Urbain, le coussin chat est un cadeau, et le dernier arrivé, un coussin "portraits" réalisé maison par ma maman.

Sofa

Un fauteuil qui tourne à la Docteur No (lui aussi design / rétro je trouve), orné de mon coussin trouvé sur Etsy, permet d'asseoir encore plus de copains. A côté l'ampli, je vous avais dit que monsieur So Oh Cliché était musicien, et dessus, un livre sur les affiches de cinéma des années 50 qui m'a été offert il y a quelques années et que j'aime énormément, un cadre aussi, que je n'ai pas encore accroché avec une oeuvre trouvée sur Etsy. Au-dessus, le mur est habillé de quatre petits cadres (Habitat) aux couleurs pop, pêle-mêle toujours, tant dans l'agencement que l'esprit des photographies, même si j'ai essayé de les faire se recouper (au niveau des couleurs ou des sujets, une vue de Saint-Pétersbourg, un taxi - géant - jaune new-yorkais vs Gatsby le Magnifique dans le même coloris, un tableau de Hopper, à la croisée des chemins et qui invite à sa façon au voyage).

Triangles
Cadres pop

Encastrées dans le mur, on a, à côté, quelques étagères qui étaient les uniques rangements présents dans l'appartement quand on l'a investi, ce qui explique aussi notre installation au ralenti ! Par ailleurs, même si le feng shui veut que cette zone soit la zone amour du salon j'ai décidé de braver la théorie et d'y laisser les DVDs puisque juste à côté se trouve la télé. J'ai juste glissé un peu de rose et de jaune pour rétablir les énergies (même avec de la technologie, cf l'iPad vintage rose qui marche toujours, mais seulement branché).

HorlogeCollection
Théière Pink

Au-dessus de la télé, j'ai une fois de plus opté pour des cadres dans un esprit mixte, des affiches stylisées (The 5the Element et Tron Legacy), ainsi que des oeuvres d'art aperçues sur le site BOOOOOOOM! que j'ai fait développer.

LignesThe 5th Element / Tron Legacy

Dans le coin télé, un poisson rouge (une bougie La Française) dans un bocal sur lequel vient en fait se loger une enceinte. Tentative de fille pour humaniser la technologie à tout prix ! Non loin, sur une table basse en bois vieilli dénichée chez Casa, une petite collection de choses inutiles histoire d'habiller cet espace tout aussi inutile, puisque devant un chauffage : un miroir trouvé en brocante, des bâtons de cannelle (chez Habitat) pour parfumer et qui se conjuguent bien avec l'eucalyptus séché en bouquet. Un livre écrit par ma grand-mère américaine sur Charleston où je suis née, un ange assorti à un bout de tesson trouvé au fond de la mer en Corse, et quelques reliques de ma déco de Noël, qui va bientôt retrouver sa place dans le placard.

Poisson rougeTable basse #3Table basse #2Charleston

Entre la télé et le canapé se trouve notre coin table basse, qui fait donc face à la télévision mais aussi aux deux grandes fenêtres du salon pour regarder ainsi à travers les seules lucarnes qui vaillent. Un tabouret d'esprit rétro trouvé pour 20 € chez Home Autour du Monde (un exploit car tous les meubles y sont affreusement chers hélas), une table basse Ikea en bois donnée par ma mère, un vase / chope offert par mon oncle et garni d'une (fausse) plante (petite astuce : je l'ai délogée de son pot d'origine en découpant le polystyrène auquel elle était amarrée, ça fait son petit effet une fausse plante dans un vrai joli pot). Des sous-verres vinyles (chez La Chaise Longue).

Home autour du MondeTable blasse

Le tour est presque fini je vous rassure ! Dernier petit clin d'oeil, notre table à manger, celle qui était dans mon micro chez moi et que j'ai enfin pu déplier en entier. On aurait voulu trouver mieux, mais parfois il faut aller à l'économie alors elle est restée. On lui a trouvé des chaises vaguement rétro (chez Ikea toujours) et ça permet surtout de faire de bons dîners nombreux. Tout au fond, la jolie photo d'Audrey Hepburn, encadrée par une amie, qui se loge en bout de table lorsqu'on la colle contre le mur pour jouer le rôle de buffet quand on ne s'y installe qu'à deux.

Table à mangerAudrey Hepburn

PS : toutes les photos ont été capturées avec Instagram. J'espère que l'esprit vous plait et que vous aurez envie de voir la suite... Et si vous avez aperçu des petites choses qui ont attisé votre curiosité et dont je n'aurais pas parlé n'hésitez pas à me demander ! (titres de livres, références d'objets...)

xoxo

14 janv. 2012

Projet 365 : retour en images #1

Tour EiffelPoodle on a bike

Temps de chienMimi grogro

A quaiMétro

PyramidePlace des Vosges

Z comme ZorroChristmas lights

Depuis le 9 janvier, mon Projet 365 est terminé. On m'a posé la question (j'en ai d'ailleurs été touchée, ça m'a donné l'impression d'être un peu suivie dans ce projet), mais non, pour l'instant pas de nouvelle "contrainte" photographique à l'horizon. En revanche, Instagram a en quelque sorte pris le relai, avec moins d'assiduité, mais avec l'envie de photographie qui est toujours là, surtout que contrairement à ce que je m'étais imposé pour mon Projet 365, Instagram réunit dans la même appli photos et effets.

Car mon fonctionnement pour ces 365 journées photographiées n'était, il faut le dire, pas le plus aisé du monde. Encore heureux que je m'étais limitée à l'iPhone pour compiler l'année, car une fois les photos prises, je les importais dans l'application PictureShow histoire d'harmoniser le tout avec un même effet vieilli à chaque fois - mis à part mes quelques jours en Crète pendant lesquels l'appareil photo, le vrai, a pris le relai. Et ce n'est qu'après ce petit jonglage que je les chargeais sur Tumblr. Si on ajoute à ça le fait qu'il m'arrivait parfois de ne pas trouver d'instant à photographier avant 11 heures du soir on imagine bientôt pourquoi j'ai écrit "contrainte" un peu plus haut.

Mais finalement, et c'était surtout ça que j'attendais avec impatience entre nous, en remontant le temps au fil des photos je n'en ai isolées que quelques-unes de ratées et irrécupérables (les fameuses prises au dernier moment - assez logiquement). A bien y regarder, j'ai surtout vu avec bonheur des thématiques se détacher, j'ai vu le regard que je porte sur les choses se dessiner, tant et si bien qu'en attendant de compiler tout ça sur papier (un projet dont je vous parlerai sûrement) il est possible que cela engendre quelques billets ici.

En tout cas, pour ma première compilation, j'ai eu envie de juxtaposer des clichés strictement parisiens et parmi mes préférés, parce qu'ils ont du chien je trouve, et parce que c'est les plus compliqués, ceux pour lesquels il me fallait garder un oeil ouvert et surtout le nez levé à regarder autre chose que mes pieds (dans le métro, dans la rue). Ralentir le pas quand tout le monde était pressé. M'arrêter net dans le flot des passants pour dégainer mon appareil de fortune et capturer l'instant. Surtout, je me souviens précisément de chacun de ces moments et c'était l'objet du projet. C'est même pour ça que je l'ai fait. J'espère enfin que comme moi vous verrez les parallèles qui se révèlent entre ces instants volés...

I was hinting at it in yesterday's post, My Projet 365 has indeed come to an end, and with it, a flow of mixed emotions. I'm as much relieved as I miss it already, meaning that it's quite freeing to not have to capture something picture worthy on a daily basis, but it's also unsettling since I often find myself reaching for my phone when I glance at something that could have been a part of this little photography collection.

I guess it's a good sign, meaning that it has definitely given me an eye for noticing details I would have otherwise missed and a love of photography that will stick with me. I'm of course not saying that using my iPhone to compile and edit these memories has made me a photographer in the artistic sense of the term. My pictures aren't of good quality and I have little if any notions of photography.

However, my attitude towards photographing these 365 past days has been genuine enough that it doesn't only give a rendition of my year in memories but also a glimpse of how I see the world. And what is a photography if not a way of looking at the world that sets you apart, be it in taking only black and white pictures or only portraits... Taking a look at My Projet 365 has allowed me to notice a consistency in what I was drawn to when it came to taking pictures and how I was photographing it.

Yes there are a few misses (especially when I was pictureless coming midnight and I'd have to snap the first thing in sight!) but there are also lots of moments that I was not only happy to recall but glad to discover in a light that was mine. It gives me the desire to make something more of this little project that I thought was such a drag at times. I'm glad I stuck with it because it was definitely worth my time! And I hope you won't mind I take a little bit of yours with this post and probably a few more to come...

As for this first collection, I hope you'll be able to perceive the similarities between the pictures I have singled out and paired together. I almost feel like this is my little photography exhibition on the world wide web, with the feeling of pride and self-consciousness that must come along with exhibiting one's work in real life! So thanks for coming I guess one would say under such circumstances?